voiture occasion

Classé dans | Sport

« Mon père avait la manie d’acheter des lingots »: Patrick Balkany justifie la provenance de sa fortune – BFMTV.COM

Publié le 15 mai 2019

Les deux premières journées de son procès l’auraient presque fait passer pour un prévenu lambda. Assis au premier rang, à l’écoute, n’intervenant qu’à la demande de la justice, Patrick Balkany avait presque fait oublier son personnage. Presque? Car il n’aura fallu que quelques secondes pour que l’animal politique redoutable, la grande gueule médiatique, se réveille. « M. le président, je pensais que j’avais le droit de faire des observations liminaires », lance-t-il au président du tribunal en ce troisième jour de procès consacré à son audition.

« Je vais parler, vous n’allez pas être déçus », avait-il d’ailleurs promis avant de rentrer dans la salle d’audience.

« C’est vrai que nous avons mangé notre capital »

Que ce soit lors de l’exposé de son histoire familiale ou dans un ping-pong avec le président du tribunal, Patrick Balkany n’a eu de cesse de marteler qu’il n’était coupable de rien. Lui qui a brièvement évoqué sa « courte carrière d’acteur » a voulu marquer les esprits avec un discours haut en couleurs pour justifier la provenance de sa fortune. Pendant près de trois heures, Patrick Balkany est revenu sur l’héritage de ses parents, les fameuses liasses de billets qui lui ont servi depuis les années 80 à payer son train de vie. « Il fallait bien les dépenser », dit-il d’un naturel déconcertant pour justifier les quelques 87.000 euros de voyages payés en espèce.

« On a vécu dans des familles qui avaient les moyens, je dirais même de gros moyens, reconnaît l’élu. On a toujours bien vécu, on a peut-être été mal habitués. C’est vrai que nous avons mangé notre capital, on aurait pu acheter des biens à louer mais on voulait bien vivre et c’est tout. Je suis désolé pour le fisc qui ne comprend pas qu’on puisse dépenser plus que l’on gagne quand on a de l’argent à la banque. »

Carte de déporté à l’appui qu’il a présenté au tribunal, Patrick Balkany a raconté l’histoire personnel de son père, de résistant déporté à Auschwitz à homme d’affaires chanceux qui a ouvert notamment « le plus grand magasin » de la rue du Faubourg Saint-Honoré à l’époque, qui vendait du prêt-à-porter « de luxe ». Ce père qui payait tout en cash, jamais en carte bleue. Il parle aussi de la famille de sa femme Isabelle, qui a fait fortune dans « une affaire de caoutchouc pour l’automobile ». « Il y avait des espèces dans les coffres chez mon beau-père, chez mon père, parce que c’était une autre époque (…) Mon père avait une manie, c’était d’acheter des lingots d’or », confie Patrick Balkany, qui avait arrêté les études avant d’entrer dans l’affaire familiale.

De l’argent familial

L’argent qui permettait donc de payer les voyages, les courses, celui qui remplissait les coffres-fort décrits dans l’instruction, ce sont les 33 millions de francs obtenus par Patrick Balkany en revendant ses actions dans l’entreprise familiale, une fois qu’il prend le chemin de la politique à la fin des années 70. Ce sont les 6 millions de francs rapatriés de son compte suisse. Ce sont encore les 11,3 millions de francs de la vente de l’appartement du couple à Neuilly-sur-Seine ou les 470.000 francs de sa permanence. Et c’est aussi ces 2 millions obtenus grâce à la vente aux enchères de tableaux. « Je vous sors ces chiffres pour vous montrer que cet argent c’était le nôtre », martèle Patrick Balkany, parlant avec un certain naturel. Mais c’est argent, ce n’est pas un enrichissement personnel grâce à sa position et ses revenus d’élu, veut-il dire en creux.

« On a le droit de dépenser ses économies (…) Ça me fait rire quand on parle de magot, il n’y a pas plus de magot que de beurre en branche », lance aussi l’élu avec sa gouaille traditionnelle. 

Après le registre de l’émotion, Patrick Balkany a opté pour le registre de la modestie tandis que l’administration fiscale reproche au couple 1,3 million d’euros de droits éludés au titre de l’ISF. Le couple est soupçonné d’avoir sous-évalué ses propriétés. Le moulin de Cossy à Giverny où le couple réside? « S’il y avait 11 chambres (comme il est écrit par le fisc, NDLR), on en aurait peut-être fait un hôtel », lance Patrick Balkany, parlant de 5 chambres tout au plus. Et d’ajouter: « La piscine, aujourd’hui, elle est bonne à refaire. Le tennis ressemble plus aujourd’hui à un champ, il est envahi par les herbes, il est déformé. » Questionné sur les travaux réalisés dans cette propriété, et évalués à 1,8 million d’euros, le maire parle du remplacement de « quelques loupiotes ».

« Quand on me dit qu’il vaut 4 millions, qu’on me les donne », aboie-t-il.

Un couple « ruiné »

Pour la villa Pamplemousse, la stratégie est la même. Il s’agissait plus d’un « bungalow » dans un « lotissement » à Saint-Martin « en haut de la colline » quand les villas les plus chères sont « au bord de la mer », explique Patrick Balkany, sûr de lui. A l’entendre, le placement immobilier, pourtant estimé à 7 millions d’euros par l’administration fiscale, ne vaut rien. La météo, les rafales de vent, les cyclone, les travaux et les dépenses d’entretien sont un gouffre. « Les recettes étaient toujours inférieures aux dépenses, balaie encore d’un revers l’élu. On vous a montré les dépenses, pas les recettes, on vous a fait prendre des vessies pour des lanternes. » D’ailleurs, Patrick Balkany n’a que rarement mis son nez dans les comptes de cette propriété, gérés par des gestionnaires. « C’était par sécurité », explique-t-il.

De cette histoire, marquée par 43 ans de mariage, il ne resterait peu de traces. Quand le président lui demande s’il peut évaluer l’argent liquide dont il avait à disposition, Patrick Balkany affirme qu’il ne reste « plus rien » et qu’il serait « au bord de la route » sans l’aide de sa fille et son frère. Avec ses mots tranchants, et son sens de la formule, qui a autant fait rire la salle qu’il a agacé le président du tribunal, l’élu parle de ses rapports avec le fisc. « Je n’ai pas un amour fou pour cette administration, mais elle m’adore je crois. Je lui ai déjà versé 1,5 million d’euros. Si tous les mauvais payeurs avaient payé autant que moi, nous n’aurions plus de problème en France. » Patrick Balkany se croit alors victime des mauvais calculs du fisc.

C’est donc un Patrick Balkany soulagé et très sûr de lui qui a pris la parole, parlant encore de sa passion pour son rôle de maire, l’une de ses plus belles réussites. « Je n’ai jamais été corrompu, j’ai horreur de la corruption », affirme-t-il pour preuve. Le tribunal entendra jeudi la plaidoirie de la partie civile et les réquisitions du parquet national financier.

Source Article from https://www.bfmtv.com/police-justice/mon-pere-avait-la-manie-d-acheter-des-lingots-patrick-balkany-justifie-la-provenance-de-sa-fortune-1692407.html
Source : À la une – Google Actualités

annonces immobilieres

Achat / Location / Investisseurs

Ne cherchez plus parmi des milliers d'annonces immobilières. Confiez-nous gratuitement votre recherche

Votre recherche *

Type de bien *

Budget *

Ville *

Dans une rayon de *

Votre nom *

Votre téléphone*

Réponse sous 24 h

biens.com

Advertise Here
Advertise Here