voiture occasion

Classé dans | Culture / médias

L’accord franco-australien pour construire douze sous-marins signé – Le Monde

Publié le 11 février 2019

Un modèle réduit de sous-marin « Shortfin Barracuda », de Naval Group, à Paris, en avril 2016. Un modèle réduit de sous-marin « Shortfin Barracuda », de Naval Group, à Paris, en avril 2016. Christian Hartmann / REUTERS

C’est l’issue de dix-huit mois de négociations extrêmement compliquées : l’accord de partenariat stratégique entre le gouvernement du Commonwealth d’Australie et l’industriel français Naval Group, pour la construction de douze sous-marins d’attaque, a été signé, lundi 11 février, à Canberra.

La marine australienne acquiert douze sous-marins Shortfin Barracuda, conçus en France spécialement pour ses besoins, des navires de 4 500 tonnes et de 97 mètres à propulsion diesel. Canberra a prévu un budget de 50 milliards de dollars (31 milliards d’euros), dont une part majeure couvrira le système de combat, piloté par l’américain Lockheed Martin dans le cadre d’un autre accord. La part des entreprises françaises dans le contrat géant, non confirmée, a été estimée à 8 milliards d’euros.

Après l’accord intergouvernemental Australie-France de décembre 2016, « cet engagement de coopération portant sur plus de cinquante ans est une marque de confiance et une grande première, s’est réjoui Jean-Michel Billig, directeur du programme chez Naval Group. C’est le plus gros contrat jamais alloué par le gouvernement australien, et l’enveloppe la plus importante notifiée en Europe en matière de contrat de défense. »

« Un environnement maritime compliqué »

La construction du premier bâtiment débutera en 2023, pour une première livraison « au début des années 2030 », promet Naval Group, avec un sous-marin construit tous les deux ans. « Le contrat de design sera signé dans les jours qui viennent. Pour 1,5 milliard d’euros, il couvrira la phase de conception pour quatre ans », a précisé lundi M. Billig.

Lire aussi Les industriels de la défense embauchent à tour de bras

L’accord consacre l’intention de l’Australie d’acquérir une capacité sous-marine océanique, plus performante, pour protéger ses intérêts. En choisissant la France contre ses concurrents, le Japon et l’Allemagne, en avril 2016, le gouvernement libéral de Malcolm Turnbull avait justifié le doublement de la flotte existante des six Collins australiens par « l’environnement maritime compliqué » de la région indo-pacifique, où le pays s’attend à voir la moitié des sous-marins du monde naviguer d’ici à 2035.

Lire aussi La France, troisième exportateur mondial d’armement

Le partenariat garantit la solidité des deux parties sur les cinquante ans. Il organise les cessions de propriété intellectuelle, les transferts de technologies, les capacités industrielles à créer en Australie – avec un chantier naval à Adelaïde (Sud). Il établit les conditions juridiques dans lesquelles s’inscriront au fur et à mesure les contrats signés avec les industriels (réalisation, maintenance, etc.). Naval Group s’engage à favoriser des fournisseurs australiens « partout où cela est possible », mais « sans compromettre les performances et la sécurité du bateau ».

La marine risque une rupture capacitaire

Le coût, les risques et les délais du programme ont suscité des inquiétudes en Australie. La marine risque une rupture capacitaire, ont ainsi alerté, en décembre 2018, d’anciens officiers, car « le premier Shortfin Barracuda ne sera pas opérationnel avant – au mieux – 2038, treize ans après la fin de vie prévue des Collins ».

Lire aussi DCNS en Australie : le contrat du siècle, un an après

Les discussions n’ont pas été aisées, en raison des transferts de technologies. La France assure qu’elle ne cède rien sur la conception. « Nous ne sommes pas en train de brader les connaissances de la dissuasion française », indique M. Billig. Mais elle a accepté des « explications très détaillées » sur la construction et l’entretien des sous-marins. Les derniers détails ont été réglés, fin novembre 2018, par Emmanuel Macron et le premier ministre conservateur, Scott Morrison, en marge du G20.

Le 13 décembre 2018, le ministre de la défense, Christopher Pyne, a annoncé que les négociations étaient terminées en affirmant que la filiale Naval Group Australia fournirait « à temps et dans les budgets établis » ces six navires de la nouvelle classe « Attack ». Canberra a ainsi atteint son objectif de conclure avant des élections législatives, prévues d’ici à la mi-mai, à l’issue desquelles les conservateurs pourraient perdre le pouvoir. Un changement de majorité aurait pu entraîner des délais supplémentaires. Naval Group assure que l’accord est « durable ». Et à la question de savoir si l’entreprise gagnera de l’argent avec le contrat sa réponse est : « Oui sans aucun doute ». Au total, quelque 6 000 emplois directs et indirects sont attendus dans les deux pays dans les huit ans.

Lire aussi La France et l’Australie signent un contrat pour douze sous-marins

Nathalie Guibert et Isabelle Dellerba (Sydney, correspondance)

Réagissez ou consultez l’ensemble des commentaires
Source Article from https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/11/l-accord-franco-australien-pour-construire-douze-sous-marins-signe_5421913_3234.html
Source : À la une – Google Actualités

annonces immobilieres

Achat / Location / Investisseurs

Ne cherchez plus parmi des milliers d'annonces immobilières. Confiez-nous gratuitement votre recherche

Votre recherche *

Type de bien *

Budget *

Ville *

Dans une rayon de *

Votre nom *

Votre téléphone*

Réponse sous 24 h

biens.com

Advertise Here
Advertise Here