voiture occasion

Classé dans | Science / Nature

Dans les Côtes-d’Armor, l’usine de traitement des algues vertes contrainte de fermer en urgence

Publié le 17 juillet 2019

Article réservé aux abonnés

Depuis le début de l’année 2019, le site de Launay-Lantic a reçu 5 000 tonnes d’algues vertes, alors que la saison commence à peine. Depuis le début de l’année 2019, le site de Launay-Lantic a reçu 5 000 tonnes d’algues vertes, alors que la saison commence à peine. Charlotte Chabas pour Le Monde

Le volet roulant du box se soulève pour laisser pénétrer une tractopelle jaune, dont la lame s’enfonce dans une masse noirâtre et fumante, haute de deux mètres. Aussitôt, une odeur d’œuf pourri, de vinasse et d’égout prend à la gorge. « C’est toujours aussi humide, c’est infernal », marmonne Jean-Yves Le Guern, responsable de l’unité de valorisation organique de Launay-Lantic, unique site des Côtes-d’Armor à traiter les algues vertes.

Pour la première fois depuis son ouverture en 1976, l’usine est à l’arrêt. En urgence, le directeur a dû annoncer sa fermeture, le 3 juillet. Poussée depuis trois semaines par un vent de nord-est inhabituel, l’odeur fétide qui émanait des bassins d’épuration étouffait la commune voisine, provoquant migraines et nausées parmi les 1 500 habitants excédés. La situation était « devenue intenable », déplore le maire de Lantic, Christian Le Maître (sans étiquette), énervé d’avoir été laissé « tout seul en première ligne ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Bretagne, l’angoisse des algues vertes ravivée

Depuis le début de l’été, les marées vertes ont été si précoces et intenses dans la baie voisine de Saint-Brieuc que le flot des camions chargés de leur odorante marchandise semblait intarissable. Mi-juin, 2 000 tonnes ont ainsi été livrées en trois jours – contre 6 000 tonnes sur toute l’année 2018.

Toute la chaîne « enrayée »

D’ordinaire, l’usine de Launay-Lantic aurait peut-être pu réussir à gérer ces volumes importants. Mélangées avec des déchets verts fibreux, les algues y sont séchées durant huit à dix jours dans un des immenses box fermés, chauffés par une vaste soufflerie. Puis, ces amas de matière sèche, à la vague odeur de salade, sont broyés en poussière, pour être elles-mêmes mélangées de nouveau à de futures algues fraîches. « Une méthode qui avait toujours permis de travailler efficacement sans nuisance pour le voisinage », rappelle Jean-Yves Le Guern.

Mais les échouages massifs de cette saison, dus notamment à un hiver doux et à des taux de nitrates toujours importants dans les cours d’eau, « ont débordé et enrayé toute la chaîne du ramassage et du traitement », résume le responsable du site. Sur les plages du département, les engins ont travaillé dans l’urgence pour nettoyer le littoral, négligeant les quarante-huit heures réglementaires de séchage avant transfert à l’usine. Surtout, depuis un appel d’offres lancé par l’agglomération de Saint-Brieuc, les dameuses longtemps utilisées dans la baie ont été remplacées par des tractopelles moins précises. Résultat : « On s’est retrouvé avec des algues de très mauvaise qualité, mélangées à de l’eau, des cailloux et de la vase déjà fermentée », explique Thierry Burlot, président du centre de tri de déchets.

Source Article from https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/17/dans-les-cotes-d-armor-l-usine-de-traitement-des-algues-vertes-contrainte-de-fermer-en-urgence_5490311_3244.html
Source : Planète : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

annonces immobilieres

Achat / Location / Investisseurs

Ne cherchez plus parmi des milliers d'annonces immobilières. Confiez-nous gratuitement votre recherche

Votre recherche *

Type de bien *

Budget *

Ville *

Dans une rayon de *

Votre nom *

Votre téléphone*

Réponse sous 24 h

biens.com

Advertise Here
Advertise Here