voiture occasion

Classé dans | Monde

[Brexit] Sans accord, 87% des importations britanniques passeraient transitoirement à zéro tarif douanier – Economie – L’Usine Nouvelle

Publié le 14 mars 2019

  • Twitter

  • Facebook

  • Linkedin

  • Flipboard

  • Email

Panique sur les rives de la Tamise. Alors que le spectre d’un « no deal » reste possible et à 15 jours de la date potentielle du Brexit, le gouvernement est entré en mode plan d’urgence. Il a annoncé mercredi 13 mars que, pour une phase transitoire, sans accord avec l’Union européenne ni report du Brexit, 87% des importations britanniques d’où qu’elles viennent ne seraient pas taxées du tout. Normalement, les droits appliqués auraient été fixés pour l’UE comme pour les pays tiers en fonction des règles tarifaires de l’OMC. Ce plan vise à éviter un choc sur les prix pour les entreprises et les consommateurs qui est évalué à 9 milliards de livres.

Quelques exceptions

Attention, tous les produits ne sont pas concernées, puisqu’il reste 13% des importations qui seraient elles soumises à des droits de douanes (à l’exception de 70 pays en développement qui ont un accès préférentiel aux marchés britanniques). Parmi ces produits, en particulier, la viande de bœuf, l’agneau, le porc, la volaille, certains produits laitiers et les chaussures. Si les pièces détachés auto font partie des produits à zéro taxes, ce ne sera pas le cas des automobiles déjà assemblées. L’idée est de ne pas perturber la chaîne logistique de l’industrie automobile britannique. Pour une grande partie des exportateurs français, à l’exception de l’agriculture, c’est une forme d’assurance et de simplification. 

casse-tête irlandais

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé qu’aucun droits ni contrôles ne seraient appliqués entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Ce qui a été très mal reçu par la commission. « Nous reconnaissons que cette approche présente des défis, notamment le flux de marchandises non surveillé au Royaume-Uni, et de potentiels abus », a déclaré le gouvernement britannique. Les acteurs économiques sont de plus en plus sur les nerfs alors que chaque jour un nouveau vote intervient au parlement britannique : le 12 mars sur le dernier deal (rejeté), le 13 mars sur un no deal (rejeté) et le 14 mars sur un report. Carolyn Fairbairn, la directrice générale du patronat britannique, le CBI (Confederation of British Industry), a décrit la perspective d’un no deal comme “un coup de massue pour l’économie”.    

 

Article précédent

Brexit dur : êtes-vous prêts ?
1 / 8

Article suivant

Source Article from https://www.usinenouvelle.com/editorial/brexit-sans-accord-87-des-importations-britanniques-passeraient-transitoirement-a-zero-tarif-douanier.N817655
Source : À la une – Google Actualités

annonces immobilieres

Achat / Location / Investisseurs

Ne cherchez plus parmi des milliers d'annonces immobilières. Confiez-nous gratuitement votre recherche

Votre recherche *

Type de bien *

Budget *

Ville *

Dans une rayon de *

Votre nom *

Votre téléphone*

Réponse sous 24 h

biens.com

Advertise Here
Advertise Here